Le film Black Indians doit son existence à trois réalisateurs. Le long métrage a été porté par Jo Béranger depuis plusieurs années et réalisé, après son décès, par Hugues Poulain et Edith Patrouilleau.

 

 

Jo Béranger réalise avec BLACK INDIANS son deuxième long métrage, après VOYAGE EN MEMOIRES INDIENNES en 2005 (distribution Gebeka) qui racontait l’ethnocide qu’ont subies les premières Nations du Canada durant le 20e siècle par le système d’éducation forcée et des pensionnats, dans lesquels les enfants autochtones ont été opprimés, brimés, abusés et coupés de leur culture pendant 4 générations. De 2011 à 2015 elle travaillera sur le film avant de décéder « des suites d’une longue maladie » laissant Lardux Films orphelins d’une grande dame du documentaire, d’une amie fidèle et passionnée, engagée et guidée tout au long de sa vie de cinéaste par le désir de témoigner de la dignité des peuples autochtones

.

 
 

Hugues Poulain, chef opérateur du film et coréalisateur, reprend et continue la réalisation du film à la mort de Jo Béranger, et s’engage avec Edith Patrouilleau durant une année dans le montage. Hugues a réalisé plusieurs courts et au moins un grand format documentaire. Il est chef operateur de long métrage, et signe notamment l’image de l’ensemble des films de Benoit Delepine et Gustave Kevern, incluant MAMOUTH, LOUISE MICHEL et toute leur filmographie.
 
 

Edith Patrouilleau est la co-réalisatrice de Jo Béranger depuis les premiers pas à la Nouvelle Orléans. Son engagement aux cotés des Peuples Autochtones des Amériques au sein du CSIA (Comité de Soutien aux Indiens d’Amerique) fait d’elle une spécialiste engagée des questions autochtones. Aux cotés de Hugues elle a monté le film et apporté sa connaissance de la langue et de l’histoire amerindienne.